Loading...
 

Effeuillage


Effeuillage

Deleafing blade

Photo: Nicolas Fégeant, UGPBAN 

L’effeuillage est une taille sanitaire des feuilles qui vise à réduire l’inoculum de la maladie des raies noires (MRN) en coupant les feuilles ou parties de feuille exhibant des stades avancés de la maladie. Les feuilles du bananier étant l’unique source d’inoculum de la MRN et la capacité de libération d’ascospores étant  plus forte et plus longue sur une feuille sur pied  que sur une feuille au sol (la décomposition de la feuille entrainant la mort du champignon), la libération d’ascospores sera amoindrie. En plus de réduire les nouvelles infections, cette pratique augmente la vie verte des fruits[1]. Toutefois, elle nécessite un arbritrage entre l'élimination des feuilles infectées et le maintien d’une surface foliaire suffisante au bon développement du régime jusqu’à la récolte. Des essais ont démontré que le poids du régime est peu affecté lorque le nombre de feuilles entre la floraison et la récolte est entre 5  et  7[2][3].

Méthodologie

La coupe chirurgicale suit généralement l’ordre d’apparition des symptômes : pointe, limbe gauche, limbe droit. Les feuilles ou parties de feuilles éliminées sont généralement aux stades 5 et 6 de la maladie (éventuellement au stade 4 si la densité des taches est élevée), ces stades étant les plus visibles. Un effeuillage hebdomadaire est conseillé. Il est également conseillé de réaliser un effeuillage avant une application de fongicides afin d'éviter la sélection de souches résistantes. Tous les plants de bananiers devraient être soumis à cette pratique, les rejets comme les pied-mères.

L’arbitrage entre l'élimination de la feuille entière et la coupe chirurgicale (élimination de la partie infectée du limbe) dépend du niveau de sévérité de la maladie et du nombre de passages de l’opérateur dans la parcelle :

  • Pour une infection inférieure à 30% du la surface foliaire d’une feuille, il est préférable de procéder à une coupe chirurgicale;
  • Au-delà de 40% de la surface infectée, l’élimination de la feuille complète est recommandée.

Les débris d’effeuillage

Les débris d’effeuillages ne doivent pas rester bloqués sur le pied ou sur le rejet, la contamination y serait facilitée. Les feuilles infectées étant autant de sources de libération de spores (même coupées et déposées au sol), il est intéressant de favoriser leur dégradation. Si le sens de dépôt (face supérieure ou inférieure vers le sol) est sujet à débat dans la communauté scientifique, l'empilement des feuilles fait, quant à lui, l’unanimité comme facteur limitant la dispersion de spores. Deux méthodes restent à évaluer dans un contexte de plantation commerciale.

  • Applications régulières de divers produits (e.g. glyphosate, chlorotalonil, bactéries, mélasse, urée) afin d'accélérer la dégradation des débris et de ce fait limiter la sporulation du champignon. Les résultats sont contestés; seul l’application hebdomadaire d’urée (5 ou 10%) a donné des résultats intéressants [4] [5] [6].
  • L'empilement/compostage des débris de culture (feuilles et résidus de récolte) dans l’inter-rang de la parcelle afin de réduire l’inoculum et incorporer plus de nutriments et de matière organique au sol. L'effet du minicompostage reste à évaluer.

L'effeuillage à la floraison

Il s'agit d'une technique qui consiste à systématiquement éliminer, au moment de la floraison, les trois plus anciennes feuilles. Cette stratégie de réduction de l’inoculum a un impact fort sur la surface foliaire du bananier. Cette technique anticipe mais ne remplace pas l’effeuillage sanitaire traditionnel puisque des symptômes à éliminer peuvent être présents sur d’autres feuilles jusqu'à la récolte.

L'effeuillage précoce

Un effeuillage précoce  est une technique complémentaire à l’effeuillage sanitaire qui consiste à l’élimination hebdomadaire de la pointe (environ 20 cm) d’une des 5 premières feuilles avant l’apparition de nécroses[7]. Cette pratique semble intéressante dans des zones très favorables au développement de la MRN ou en saison de fortes précipitation.

Examples de problèmes

Apparition de nouvelles nécroses après la coupe chirurgicale de la pointe et du limbe droit. La feuille entière devra être coupée au prochain passage.
Apparition de nouvelles nécroses après la coupe chirurgicale de la pointe et du limbe droit. La feuille entière devra être coupée au prochain passage.
Présence de MRN sur les rejets. L’effeuillage doit être fait sur tous les pieds de bananier, même les rejets
Présence de MRN sur les rejets. L’effeuillage doit être fait sur tous les pieds de bananier, même les rejets
Coupe chirurgicale mal réalisée; la partie affectée étant resté attachée à la feuille. S'assurer que les outils sont bien aiguisés et la coupe bien faite.
Coupe chirurgicale mal réalisée; la partie affectée étant resté attachée à la feuille. S'assurer que les outils sont bien aiguisés et la coupe bien faite.
Photos: Nicolas Fegeant, UGPBAN

Impact

Une étude menée en Guadeloupe alors que seulement Mycosphaerella musicola était présent, a démontré que l'effeuillage réduit le poids et le diamètre des fruits récoltés à 900 degré-jours, mais augmente leur vie verte[8]. Dans des parcelles où le niveau d'infestation était élevé, l'effeuillage a permis d'augmenter la vie verte de 7.7 jours en moyenne à 45.8 jours. Les auteurs notent également qu'un éffeuillage sévère (3 feuilles ou moins laissées sur le bananier) devrait réduire le poids des fruits. Par contre, laisser 5 feuilles ou plus ne devrait pas affecter le rendement. La présence de nécroses au cours du dernier mois de croissance des fruits semblant responsable des changements physiologiques liés à une maturation précoce, les auteurs suggèrent que la suppression des feuilles nécrosées un mois avant la date de récolte pourrait limiter les pertes de production lorsque le niveau d'infestation est élevé.

Références

1. Chillet, M., Castelan, F.P., Abadie, C., Hubert, O. and De Lapeyre De Bellaire, L. 2013. Necrotic leaf removal, a key component of integrated management of Mycospaerella leaf spot diseases to improve the quality of banana: the case of Sigatoka disease. Fruits, 68(4):271-277.
2. Daniells, J.W., Lisle, A.T. and Bryde, N.J. 1994. Effect of bunch trimming and leaf removal at flowering on maturity bronzing, yield, and other aspects of fruit quality of bananas in North Queensland. Australian Journal of Experimental Agriculture 34:259-265.
3. Vargas, A., Araya, M., Guzman, M. and Murillo G. 2009. Effect of leaf pruning at flower emergence of banana plants (Musa AAA) on fruit yield and black Sigatoka (Mycosphaerella fijiensis) disease, Int. J. Pest Manag., 55:19-25.
4. Guzman, M. and Romero, R. 1995. Determinacion del efecto antiesporulante de diferentes compuestos sobre Mycosphaerella fijiensis. p. 46. In: Informe anual 1994. Departamento de Investigacion y Diversificacion Agricola CORBANA (Corporacion Bananera Nacional). San Jose, Costa Rica.
5. Villalta, R. and Guzman, M. 2005. Capacidad de esporulacion de Mycosphaerella fijiensis en tejido foliar de banano depositado en el suelo y efecto antiesporulante de la urea. Resumen, p. 14 In: 1er Congreso Cientifico Tecnico Bananero Nacional. Pococi, Limon, Costa Rica.
6. Guzman, M., Calvo, C.M., Ovando, R. and Vargas, R. 2005. Evaluacion preliminar del efecto de la aplicacion de bacterias, melaza y urea sobre la degradacion de hojas de banano y la esporulacion de sigatoka negra en hojas a nivel de suelo. pp. 54-56. In: Informe anual 2004. Direccion de Investigaciones Agricolas CORBANA (Corporacion Bananera Nacional). San Jose, Costa Rica.
7. Chica, R., Herrera, M., Jiménez, I., Lizcano, S., Montoya, J.A., Patiño, L.F., Rodríguez, P.A. and Ruiz, L.H. 2004. Impacto y manejo de la Sigatoka negra en el cultivo de banano de exportación en Colombia. p.53-62. In: Orozco-Santos, M., Orozco Romero, J., Robles-Gonzáles, M., Velázquez-Monreal, J., Medina-Urrutia, V. and Hernández-Bautista, J.A. (eds.). Proceedings of Reunión Internacional ACORBAT, Oaxaca (MEX), 2004/09/26-10/01. Publicación especial del XVI reunión internacional ACORBAT. ACORBAT, Oaxaca (MEX).
8. Chillet, M., Castelan, F.P., Abadie, C., Hubert, O. and De Lapeyre De Bellaire, L. 2013. Necrotic leaf removal, a key component of integrated management of Mycospaerella leaf spot diseases to improve the quality of banana: the case of Sigatoka disease. Fruits, 68(4):271-277.

Egalement sur ce site web

Pratiques pour réduire l’application des pesticides

 

Cette page fait partie d'une série coordonnée par le Forum Mondial de la banane et financée par le Ministère français de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt.Wh